Anne-Angèle

 

ANNE-ANGELE 

TCHOUMBA

 

A lire, l'article du Progrès du 17 décembre 2009 sur Anne-Angèle :

 

Elle a tout d'une grande !

 

 

Arrivée l'été dernier à l'AS Villeurbanne, Anne-Angèle Tchoumba a un très bel avenir devant elle

 

 

Seulement trois saisons de basket organisé auront permis à Anne-Angèle Tchoumba (23 ans, 1.85m) de fréquenter les parquets du championnat de France féminin. Un réel exploit pour cette Parisienne de naissance qui découvre donc le basket à l'âge de quinze ans au « Paris basket 18 », un club fondé en 2001.

« Je voulais faire du volley mais des problèmes aux genoux m'ont contrainte à me diriger vers le basket ». Trois années en cadettes «région» ponctuées de performances régulières prouvent qu'elle peut s'exprimer plus haut.

Joueuse majeure dès son arrivée à Rennes en Nationale 2, son ascension est fulgurante. Le club breton gravit un échelon deux années plus tard (NF1) avec dans ses rangs Anne-Angèle qui continue à progresser. « J'ai beaucoup travaillé là-bas. Je faisais du travail spécifique qui m'a beaucoup servi » assure-t-elle. Le départ à Mondeville suit une logique de progression.

A l'entraînement avec les pros, elle joue en Nationale 2 et effectue des bouts de match en Ligue Féminine. Pourtant, l'intégration est difficile. «Il n'y avait que des jeunes. Ca m'a permis de côtoyer le monde professionnel et de me rendre compte que ce n'était pas une vie pour moi» déclare cette étudiante en «Langues Etrangères Appliquées». Sans regrets, elle rejoint donc l'été dernier l'AS Villeurbanne. « J'ai été séduite par le projet. Je voulais me relancer, malgré des propositions en nationale 1, avoir du temps de jeu et puis la perspective de monter avec le club est intéressante » souligne-t-elle.

Poste «4» (ailière forte) Anne-Angèle a assurément un bel avenir devant elle. «Elle a une bonne marge de progression et pourrait être injouable» selon Jean-Pierre Morateur, l'entraîneur d'une ASV qui pointe à la deuxième place du classement avec Marseille (11 victoires et 3 défaites).

« Elle doit gagner en dureté, en agressivité et plus jouer sur sa puissance physique ». Pourtant ses dix-huit points et neuf rebonds de moyenne pour une évaluation globale de 25 en font déjà une joueuse d'impact à ce niveau. « Alexandra Ilvovskaya et Anne Angèle forment une paire très différente par rapport à l'année dernière (Anna Achou et Ketty Jolo). Leur apport offensif est bien plus important mais elles affichent moins de dureté en défense » remarque le coach villeurbannais.

«Les dirigeants sont très satisfaits d'elle, sur et en dehors du terrain. Elle s'est très bien intégrée» déclare Lionel Sorlut, président d'une ASV ambitieuse. «L'objectif est au minimum les playoffs mais également la montée. Nous sommes dans la deuxième année de notre projet qui porte sur trois ans et qui comprend une année en NF1».

«Je trouve que l'équipe n'a pas encore trouvé ses marques, elle se met toute seule en difficulté. Je ne sais pas si les joueuses ont conscience des enjeux. La jeunesse de l'équipe peut-être une explication à ce souci» dissèque le président villeurbannais. Le calendrier de l'ASV lors des matches retour semble très favorable avec la réception de tous ses concurrents directs pour les playoffs.

«Il est effectivement intéressant mais il faut rester prudent. Nous n'avons écrasé personne, il faudra éviter les non-matches comme à Venelles» précise Jean-Pierre Morateur.

Mais dès samedi, se profile un match particulier: le derby face au FC Lyon. «Il va y avoir beaucoup de monde et nous n'avons pas le droit à l'erreur. Il faut absolument gagner» annonce Anne-Angèle. Six jours avant Noël le basket féminin lyonnais ne pouvait rêver affiche plus séduisante!

 



17/12/2009
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 11 autres membres